A l’abordage du Renard

renard.jpgUne coque de 19m, 30m de longueur totale. Jusqu’à 450m² de voilure, 10 caronades et 4 canons, le beau voilier de Tonton Yvon fait pâle figure face au Renard de Saint-Malo !
Le Renard est la réplique d’un bateau corsaire armé en 1812 par Robert Surcouf. Il livra la dernière bataille de corsaires le long des côtes Française contre une goélette Anglaise bien plus lourdement armée. N’ayant pas réussi à fuir, il fut contraint à l’affrontement. Au bout d’une longue journée, le navire Anglais explosa grâce à un tir de canon ou une grenade savamment lancée (les versions diffèrent selon celui qui la raconte) dans la réserve d’explosifs. Habituellement dirigé par une trentaine d’hommes, le Renard est rentré à Saint-Malo avec 10 hommes valides.

Une réplique pour Brest 92

A l’occasion d’un concours proposant de reconstruire un bateau représentant leur ville, les Maloins ont réalisé la réplique du Renard. Ils gagnèrent le prix de la plus fidèle réplique lors de Brest 92. Construit à l’identique sur des plans d’origine, la mâture et la voilure ont été réduite pour faciliter les manœuvres.

Nous avons donc embarqué sur ce beau voilier pour passer la journée mais malgré notre enthousiasme à monter les voiles à la force des bras, l’aller fut bien monotone puisque par manque de vent, c’est le moteur qui nous a amené près d’une ile privée où nous avons pic-niqué.

Un instant magique au retour

Le ventre bien plein, les voiles bordées, nous sommes repartis vers Saint-Malo en espérant que le vent se lève un peu. Poséidon nous a finalement entendu et le moteur s’est tu. Quelle sensation agréable de glisser sur l’eau, sans aucun bruit alentours si ce n’est les chants marins du voilier voisin. Alors que l’on commençait à somnoler, bercés au son des clapotis de la coque sur l’eau, un des enfants nous réveilla : oh, un dauphin ! Petits et grands se sont précipités au bord du bateau, les yeux grands ouverts scrutant les flots pour apercevoir le mammifère. Et pendant quelques minutes, un Grand Dauphin nous a accompagné pour notre plus grand bonheur. De retour à Saint-Malo, tout le monde était d’accord : à refaire, mais avec plus de vent !

Une réflexion au sujet de « A l’abordage du Renard »

  1. Ton blog, et ta façon de bloguer, ont bien changé ^^ Je suis passé de temps en temps. Comment oublier quelqu’un que je considère comme un ami ;)

    J’espère que tout va bien pour toi ! Professionnellement, socialement, amoureusement parlant :)

    Au plaisir de te reparler à l’occasion, ou d’une correspondance plus régulière peut-être ;)

    Amo (T’as pas pu oublier ce diminutif ! ;))

Les commentaires sont fermés.